Déclaration d’Estime de Soi de Virginia Satir*

Ce texte est une réponse de Virginia Satir, *psychothérapeute américaine 1916-1988, à la question d’une jeune fille de 15 ans :

 « Comment puis-je me préparer à vivre une vie riche et satisfaisante ? »

« Je suis moi…

Dans le monde entier, il n’y a personne qui soit exactement comme moi. Il y a des gens qui me ressemblent sur certains points mais personne n’est en tous points exactement comme moi. Par conséquent, toute chose qui sort de moi est authentiquement mienne parce que moi seule ai fait ce choix.

M’appartient tout ce qui se rapporte à moi : mon corps et tout ce qu’il faitmon esprit, toutes mes idées et toutes mes pensées; mes yeux et les images de tout ce qu’ils voient; mes émotions quelles qu’elles soient : colère, joie, frustration, amour, désappointement, excitation; ma bouche et tous les mots qui en sortent : polis, doux ou durs, corrects ou incorrects; ma voix, douce ou forte; et toutes mes actions, que ce soit envers moi ou envers les autres.

M’appartiennent tous mes fantasmes, mes rêves, mes espoirs, mes peurs.

M’appartiennent tous mes triomphes et tous mes succès, tous mes échecs et toutes mes erreurs.

Parce que je m’appartiens totalement, je peux faire plus ample connaissance avec moi-même. Ce faisant, je peux m’aimer et me lier d’amitié avec toutes les parties de moi. Je peux alors faire en sorte que toute ma personne travaille dans mon intérêt.

Je sais qu’il y a des aspects de moi qui me rendent perplexe, et d’autres aspects que je ne connais pas. Mais tant et aussi longtemps que je serai aimable et bienveillante avec moi-même, je continuerai de chercher avec courage et espoir les pièces qui manquent à mon casse-tête, et qui m’aideront à me connaître davantage.

Quelles que soient mon apparence et ma voix, quoi que je dise ou je fasse, et quoi que je pense ou ressente à n’importe quel moment dans le temps, c’est toujours moi. C’est le moi authentique et cela représente où j’en suis à ce moment précis de ma vie.

Quand je repenserai plus tard à mon apparence et à ma voix, à ce que j’aurais dit ou fait, senti ou pensé, il se peut que certaines parties s’avèrent incorrectes. Je peux me défaire de ce qui est incorrect et conserver ce qui s’est avéré correct, et inventer quelque chose de nouveau pour remplacer ce dont je me suis défait.

Je peux voir, entendre, sentir, penser, dire et faire. J’ai tout ce qu’il faut pour survivre, pour me rapprocher des autres, pour produire, pour donner un sens et un but au monde de personnes et de choses qui existe en dehors de moi.

Je m’appartiens, donc je peux me construire. »

Notre univers est dans notre cœur ! Frédéric Lenoir

“Un vieil homme était assis à l’entrée d’une ville. Un étranger venu de loin s’approche et lui demande : «je ne connais pas cette cité. Comment sont les gens qui vivent ici ?” Le vieil homme lui répond par une question : “comment sont les habitants de la ville d’où tu viens ? “Égoïstes et méchants, lui dit l’étranger. C’est pour cette raison que je suis parti.” “Tu trouveras les mêmes ici, lui répond le vieillard”.
Un peu plus tard, un autre étranger s’approche du vieil homme. « Je viens de loin, lui dit-il. Dis-moi comment sont les gens qui vivent ici ? » Le vieil homme lui répond : « comment sont les habitants de la ville d’où tu viens ? » « Bons et accueillants, lui dit l’étranger. J’avais de nombreux amis, j’ai eu de la peine à les quitter. » Le vieil homme lui sourit : « Tu trouveras les mêmes ici. »
Un vendeur de chameaux avait suivi les deux scènes de loin. Il s’approche du vieillard : « comment peux-tu dire à ces étrangers deux choses opposées ? » Et le vieillard lui répond : « parce que chacun porte son univers dans son cœur. Le regard que nous portons sur le monde n’est pas le monde lui-même mais le monde tel que nous le percevons. Un homme heureux quelque part sera heureux partout. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout. »
Frédéric Lenoir, « la puissance de la joie » chez Fayard

Le pot Fêlé

Un porteur d’eau en Inde avait deux gros pots, chacun suspendu à l’extrémité d’une perche qu’il portait à son cou. Tous les jours le porteur d’eau faisait le même chemin pour aller chercher de l’eau. Un des pots était fêlé et laissait fuir la moitié de son contenu alors que l’autre était parfait et ne perdait pas une goutte tout au long du sentier menant à la maison. Pendant deux ans le livreur fit le même chemin tous les jours pour apporter de l’eau dans la maison de son maître. Naturellement, le bon pot était fier de l’eau qu’il apportait jusqu’à la maison sans perdre une goutte. Mais le pot craqué était honteux et souffrait de ne pouvoir accomplir que la moitié de ce pourquoi il avait été fabriqué. Après deux années de ce qu’il percevait comme une déception, il parla au porteur d’eau sur le chemin du retour :

– « J’ai honte de moi et je désire m’excuser »

– « Pourquoi ? » demanda le porteur d’eau « de quoi as-tu honte ? »

– « Je n’ai pu durant les deux dernières années livrer que la moitié de l’eau tout au long du sentier. A cause de mon défaut vous avez à faire tout ce travail et je ne vous donne pas la pleine valeur pour vos efforts » répondit le pot.

Le porteur d’eau était navré pour le vieux pot fêlé et dans sa compassion lui dit :

– “Puisque nous retournons à la maison de mon maître je veux te montrer les belles fleurs le long du sentier ».

En effet, pendant qu’ils montaient la côte, le vieux pot fêlé remarqua que le soleil réchauffait les très belles fleurs sauvages sur le bord du sentier et cela le consola. Mais à la fin du sentier il se sentait encore mal, parce qu’il avait perdu la moitié de son eau et s’excusa à nouveau auprès du porteur d’eau pour sa fêlure.

Le porteur dit au pot :

– «As-tu remarqué qu’il y avait des fleurs seulement sur ton côté et non pas sur le côté de l’autre pot ? C’est parce que j’ai toujours su ton défaut et j’en ai pris avantage. J’ai semé des graines de fleurs sur le côté du sentier et chaque jour, au retour de la source, tu les arroses. Depuis deux ans, j’ai pu cueillir ces fleurs pour décorer la table de mon maître. Sans toi, tel que tu es, il n’y aurait pas ces beautés pour agrémenter sa maison ».

La morale de cette histoire :

Chacun de nous a ses propres défauts. Nous sommes tous « fêlés ». Ce sont nos fêlures et nos défauts qui rendent nos vies intéressantes et valant la peine d’être vécues. Il suffit d’apprécier chaque personne pour ce qu’elle est et de regarder le bon côté de chacun. Il y a beaucoup de bon en nous.

Les enfants apprennent ce qu’ils vivent et les humains aussi…

Si un enfant vit avec la critique, il apprend à condamner.

Si un enfant vit avec l’hostilité, il apprend à combattre.

Si un enfant vit avec le ridicule, il apprend à être timide.

Si un enfant vit avec la honte, il apprend à se sentir coupable.

Mais…

Si un enfant vit dans la tolérance, il apprend à être patient.

Si un enfant vit dans les encouragements, il apprend la confiance.

Si un enfant vit avec la reconnaissance, il apprend à apprécier.

Si un enfant vit avec la justice, il apprend à être juste.

Si un enfant vit avec la sécurité, il apprend à avoir confiance.

Si un enfant vit avec l’approbation, il apprend à s’aimer lui-même.

Si un enfant vit dans l’acceptation et l’amitié, il apprend à trouver l’amour dans le monde.

On  peut remplacer le mot “enfant” par le mot ” humain”

Le billet de vingt euros

 

Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 20 euros. Il demande aux gens : “Qui aimerait avoir ce billet ?” Les mains commencent à se lever.

Alors il dit : “Je vais donner ce billet de 20 euros à l’un d’entre vous, mais avant laissez-moi d’abord faire quelque chose avec.” Il chiffonne alors le billet avec force et il demande : ” Est-ce que vous voulez toujours de ce billet ?”

Les mains continuent à se lever. “Bon, d’accord, mais que se passera-t-il si je fais cela ?”

Il jette le billet froissé par terre et saute à pieds joints dessus, l’écrasant autant que possible et le recouvrant des poussières du plancher. Ensuite il demande : ” Qui veut encore avoir ce billet ?”

Evidemment, les mains continuent de se lever !

“Mes amis, vous venez d’apprendre une leçon… Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n’a pas changé. Il vaut toujours 20 euros.

Plusieurs fois dans votre vie vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou par les événements. Vous aurez l’impression que vous ne valez plus rien, mais en réalité votre valeur n’aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment !

La valeur d’une personne ne tient pas à ce qu’elle fait ou ne fait pas.

Vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs car votre valeur intrinsèque demeure toujours intacte.”

Par ici la bonne soupe !

Il était une fois un village ou les habitants n’aimaient pas les étrangers. C’était un temps difficile, une période de famine. Des soldats en armures détruisaient les récoltes pour chasser … Le représentant du seigneur venait réclamer l’impôt sous forme d’argent, de blé, de pain, ou de tout autre bien. Et les catastrophes naturelles, le gel, les inondations faisaient des ravages. Comme il n’y avait pas grand-chose à manger dans le village, chacun surveillait son voisin, le jalousait dès qu’il avait le sentiment qu’il avait juste un peu plus ! La méfiance régnait entre les villageois. Alors chacun cachait ses biens, de peur qu’on vienne les lui prendre.

Un jour un étranger arrive dans ce village dont les habitants sont si malheureux. Les villageois se demandent qui est ce personnage, qui n’a pas l’air d’un paysan, ni un soldat, ni un noble, ni un moine…peut être un vagabond ou un camelot itinérant ? Il ne porte sur lui qu’un petit sac. A son passage les regards se détournent et on claque la porte. L’étranger va s’assoir près du puits et ne bouge plus. Voyant cela le chef du village lui dit : « Mon gars, y’ a rien pour toi ici, passe ton chemin »

« Je suis fatigué » répond l’étranger, « il n’y aurait pas une grange où je pourrais dormir ? » « y’ a rien pour toi ici mon gars, passe ton chemin, il ne nous reste rien à manger » dit le chef de village. « Mais il n’y a aucun problème, car c’est moi qui vais vous nourrir, toi et tout le village s’il veut venir »

Le chef de village regarde l’étranger et son sac, assez gros pour contenir quelques pommes. « Comment comptes tu nourrir le village avec tes quelques pommes ? » L’étranger ouvre son sac pour montrer qu’il ne contient que trois cailloux bien polis, du genre de ceux qu’on trouve dans le lit des rivières. « Regarde les dit l’étranger, ils sont beaux n’est-ce pas ? Et ils sont magiques, comme tu le verras tout à l’heure. Je n’ai besoin que d’une grande marmite pleine d’eau et d’un petit feu pour faire chauffer l’eau ».

Le chef est fort méfiant mais il se dit qu’après tout il n’y a rien à perdre. Alors il demande aux villageois qui voudraient amener une grande marmite. Une vieille dame qui n’a rien perdu de la conversation tend alors une marmite, le fils du forgeron tire plusieurs sauts d’eau du puits pour la remplir pendant que son père allume un feu. Tout le village est là, par curiosité, pour se moquer, ou par espoir.

« Il me faudrait aussi une louche » dit l’étranger et une main lui tend rapidement une grande louche en bois. Il jette alors les trois galets dans la marmite, touille un peu, et goûte. « Voilà une très bonne soupe de galets…nous allons nous régaler ».

« Elle est bonne ? » demande le chef tout surpris. « Excellente…quoi qu’avec quelques herbes aromatiques, elle serait encore meilleure ». Aussitôt la femme d’un paysan, dit « j’en ai chez moi » Et elle en ramène quelques bouquets garnis.

« Ah voilà, qui est parfait » dit l’étranger en goûtant à nouveau la soupe comme on le ferait d’un bon vin. « C’est ça, il faudrait un arrière fond de pomme de terre, et cette soupe serait un régal ». « Il me reste quelques vieilles pommes de terre » dit un autre paysan » je vous les ramène ». L’étranger goûte de nouveau la soupe et dit « ça lui donne un très bon goût, vous allez aimer ! ».

Puis il dit « j’ai fait cette soupe de cailloux pour un seigneur et il avait fait ajouter d’autres légumes, des navets, des carottes, un peu de blé, il a aussi ajouté un morceau de lapin ». Les villageois se regardent. Le chef dit « nous pourrions manger comme des seigneurs ». Quelques navets apparaissent, puis des carottes, un sac de blé, puis un demi lapin apporté par le chasseur du village.

L’étranger goûte alors la soupe dont la bonne odeur embaume l’air et quand il fait « mmhmhm… », tout le monde le croit. « Je crois que si nous avions un peu de sel et un peu de poivre nous pourrions la déguster dès à présent ! ». Une petite fille lui tend alors les condiments. « De la part de mes parents monsieur ! » Cette nuit-là, tout le monde mange à sa faim.  Il y a des rires, il y a des chants, il y a de la danse. Et au petit matin quand l’étranger reprend la route de l’ouest tout le village dort encore

Et si nous faisions comme les oies?

Les oies migratoires parcourent des distances considérables, parfois plus de 5000 kilomètres. Les spécialistes des oiseaux se sont longtemps interrogés sur les raisons qui amenaient des oies à voler en formation en adoptant une forme géométrique en V. Les réponses sont riches d’enseignements sur les principes de fonctionnement de l’intelligence collective. La coopération :  en battant des ailes, chaque oie génère un courant ascendant pour celles qui suivent. En volant en formation en V, les oies augmentent d’au moins 70% sa durée de vol par rapport à un oiseau qui volerait seul. Une oie qui sortirait de la formation pour voler seule serait vite fatiguée du fait de la résistance de l’air, et reprendrait sa place dans la formation. Les personnes qui partagent un esprit d’équipe se déplacent plus vite et vont plus loin en s’appuyant sur leur poussée mutuelle.

Un leadership partagé :  quand l’oie qui est en tête est fatiguée, elle se place à l’arrière de la formation et une autre prend sa place à l’avant. Les oies effectuent une rotation dans les postes qui demandent beaucoup d’énergie. Celles qui sont derrière poussent des cris pour encourager celles qui sont devant à maintenir leur vitesse. Dans la mesure où chaque oie connaît la direction que le vol doit suivre, chaque oie est en mesure d’assurer le leadership. Dans une équipe performante ou chacun connaît et partage une vision ou une direction, le leadership peut être partagé. Et, chacun peut encourager ses collègues à se dépasser.

Le soutien mutuel et la coopération : si une oie est malade ou blessée et qu’elle s’écarte de la formation, une ou deux autres oies la suivent pour lui apporter aide et protection, jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau capable de rejoindre une autre formation ou qu’elle meure… Dans les équipes performantes l’entraide est également une règle.

Et vous, quels sont vos gros cailloux?

Un jour, un vieux professeur de l’ENA fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses entreprises. Ce cours constituait un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour faire passer sa matière.

Debout devant ce groupe d’élite (prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « nous allons réaliser une expérience ».

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux professeur sortit un immense pot de plus de 4 litres qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement un par un dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : « est-ce que ce pot est plein ? »

Tous répondirent : « oui. »

Il attendit quelques secondes et ajouta : « vraiment ?»

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux jusqu’au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et demanda : « est-ce que ce pot est plein ?» Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège.

L’un deux répondit : « probablement pas !»

« Bien ! » répondit le vieux professeur.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit du sable de sous la table. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : « est-ce que ce pot est plein ?»

Cette fois sans hésiter et en cœur, les brillants élèves répondirent : « non ! »

« Bien ! » répondit le professeur.

Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.

Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?»

Pas fou, le plus audacieux de ses élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : « cela démontre que même lorsqu’on croit que notre agenda est complétement rempli, si l’on veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. »

« Non », répondit le vieux prof, « ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans ce pot, on ne pourra jamais les faire entrer, tous ensuite ».

Il y eu un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le vieux prof leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux de votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos amis ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps ? Ou toute autre chose ? Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses gros cailloux en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. »

Alors n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : quels sont les gros cailloux dans ma vie ? Ensuite mettez-les en premier dans votre pot.

D’un geste amical, le vieux prof salua son auditoire et lentement quitta la salle.

L’Estime de Soi, une pépite d’or à explorer!

Nous avons tous un trésor à l’intérieur de nous… Une perle, une pépite d’or… Et notre trésor le plus secret, à cultiver jalousement c’est notre Estime de nous-même*.

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eût un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette. Lorsque les dieux furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci: “Enterrons la divinité de l’homme dans la terre.” Mais Brahma répondit: “Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera.”Alors les dieux dirent: “Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans.”Mais Brahma répondit à nouveau: “Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface.”Déconcertés, les dieux proposèrent: “Il ne reste plus que le ciel, oui, cachons la divinité de l’homme sur la Lune.”Mais, Brahma répondit encore: “Non, un jour, l’homme parcourra le ciel, ira sur la Lune et la trouvera.”Les dieux conclurent: “Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour.”Alors Brahma dit: “Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme: nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher.”Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, exploré la lune et le ciel à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

* Formation: “L’estime de Soi, clé de la réussite individuelle et collective” avec les outils de l’Élément Humain. https://rkm.fr/Prochaine session, du 30 mai au 2 juin 2017. Inscription: contact@rkm.fr

Et si on choisissait de choisir?

Dans le processus de l’Elément Humain* le concept de choix tient une place importante.

Qui pilote mon avion personnel? Est-ce moi? La vie? Mon mari? Mes enfants? Mes collègues? Mon éducation? Ma religion???? La liste est longue et la réponse appartient bien évidemment à chacun d’entre nous.

Dans cette droite ligne du choix, je vous invite à déguster ce très beau texte d’Eckart Tollé et à choisir ce qui vous inspire dans tout ce qui suit.

 

“Je choisis de vivre tous les jours la grâce et la bénédiction divine même si je ne sais pas comment.

Je choisis de rester fidèle au Divin même si je ne sais pas comment

Je choisis d’avoir un travail épanouissant, bien rémunéré et de le garder même si je ne sais pas comment.

Je choisis d’avoir un(e) époux (se) qui puisse me comprendre même si je ne sais pas comment.

Je choisis que la bénédiction Divine soit sur moi et sur ma famille même si je ne sais pas comment.

Jechoisis d’avoir assez de ressources pour couvrir mes ambitions même si je ne sais pas comment. Je choisis d’avoir une santé de fer et un corps épanoui même si je ne sais pas comment.

Je choisis que les circonstances me soient toujours favorables même si je ne sais pas comment.

Je choisis de vivre la Magie au quotidien dans ma vie même si je ne sais pas comment.

Je choisis la paix pour le Monde même si je ne sais pas comment.

Je choisis pour ma famille et mon entourage, la paix, la prospérité et une longue vie même si je ne sais pas comment.

Je choisis que le Divin m’accorde ce vœu même si je ne sais pas comment.

Si la seule prière que vous dites dans votre vie c’est MERCI, cela suffit.”

*Elément Humain, phase 1 du 17 au 20 mai, soit  quatre jours pour la partie 1 portant sur le leadership individuel. La date de la partie 2, soit deux jours portant sur l’efficacité collective, est décidée d’un commun accord par le groupe à l’issue de la première partie.